dimanche 20 mai 2018

Acathiste pour les défunts (prière pour les morts)



Kondakion 1

Père Saint, ton Fils unique, Premier des Grands Prêtres, a déposé son âme pour le salut du monde déchu, et pour nous permettre de devenir enfants de Dieu et habitants de ton Royaume au jour sans crépuscule ; accorde au défunt (N) le pardon et la joie éternelle ; nous intercédons pour lui par cette prière :

Seigneur, Juge Tout-Compatissant, accorde à ton serviteur la douceur du paradis.

Saint Ange Gardien, envoyé de Dieu, viens prier pour ton protégé, que tu as accompagné sur tous les chemins de la vie, que tu as sauvegardé et guidé, lance avec nous cet appel au Sauveur miséricordieux.

Seigneur, détruis le manuscrit des péchés de ton Serviteur, (N).
Guéris les plaies de son âme ;
que sur Terre ne restent pas de lui de souvenirs amers ;
Fais grâce pour lui à ceux qui l'ont peiné et à ceux qu'il a chagrinés ;
Recouvres ses imperfections du lumineux vêtement de ta Rédemption ;
Donne lui la joie par ta miséricorde infinie ;
Toi, l'Ineffable, le grand et le merveilleux, montre toi à lui.
Ô Juge Tout Compatissant, rends ton serviteur (N), digne des douceurs du paradis.

Kondakion 2

Telle une inconsolable tourterelle, l'âme voltige par les plaines, méditant, de la hauteur de l'intelligence divine, sur les péchés et les tentations des voies du passé, emplie de chagrin pour chaque jour sans retour, perdu sans profit ; mais fais grâce à ton serviteur, ô Maître, qu'il entre dans ta paix, s'écriant : Alleluia !

Si ton Fils a souffert pour le monde entier, s'il a versé des larmes et transpiré en gouttes de sang, pour les vivants et les morts, qui pourrait retenir notre prière pour le défunt ? Par lui qui est descendu jusqu'aux enfers, nous prions pour le salut de ton serviteur, (N)

Ô donateur de vie, illumine-le de ta lumière,
qu'il soit un avec toi, Père, Fils et Saint Esprit.
Toi, qui nous appelles tous dans ta vigne, ne manque pas de l'éclairer de ta lumière.
Dispensateur généreux des récompenses éternelles, fais le fils de ton Palais ;
rends à son âme les forces de sa pureté première ;
qu'en son nom se multiplient les oeuvres bonnes.

Ô Juge Tout Compatissant, rends ton serviteur (N) digne des douceurs du paradis.

Kondakion 3

Les tempêtes de la vie sont passées, les souffrances terrestres terminées, les ennemis et leur méchanceté, sans force ; mais fort est l'amour qui délivre de la ténèbre éternelle, et sauve, ô Dieu, tous ceux qui élèvent vers toi ce chant hardi : Alleluia !

Tu es pour nous la miséricorde, où n'entrent pas les comptes ; tu es l'unique Libérateur et l'unique Sauveur ; et comme Simon de Cyrène a aidé le Christ à porter la croix, ô Tout Puissant, de même maintenant, accomplie le salut de nos proches par le secours de notre prière.

Seigneur, tu nous as commandé de porter le fardeau les unes des autres,
par l'intercession de nos proches, tu nous pardonnes après la mort.
Toi qui as établi une relation d'amour entre les défunts et les vivants,
que les prières de ceux qui l'aiment servent au salut de ton serviteur (N) ;
entends les cris de son coeur s'élevant de notre bouche.
Ô Jute Tout Compatissant, rends ton serviteur (N), digne des douceurs du paradis.

Kondakion 4

Ô Dieu, reçois son dernier soupir désolé, comme la prière du bon larron. Il s'est éteint sur la croix de la vie, fais le héritier de ta promesse, comme tu l'as fait pour le bon larron : "Amen, Je te le dis, tu seras avec moi au Paradis", où la multitude des pécheurs repentis chante dans la joie : Alléluia !

Que ton Fils, crucifié pour nous, étende sa main et par les gouttes de son Sang précieux, qu'il lave sans laisser de trace tous les péchés commis en sa vie. Par sa respectable nudité, qu'il réchauffe son âme dénudée, devenue orpheline.
Seigneur, tu connaissais sa vie dès avant sa naissance et tu l'as aimé :
tu le voyais de loin et tu tendais vers lui ton amour infini.
Nous demandons pour lui le pardon de ses fautes,
rendu possible par le sanglant Golgotha.
Ô Dieu tout puissant, par la mort du Christ pour lui,
par sa mise au tombeau, sanctifie son repos dans la tombe.
Que ton Fils ressuscité d'entre les morts emporte vers toi son âme aigrie.
Ô Juge tout compatissant, rends ton serviteur (N) digne des douceurs du paradis.

Kondakion 5

Il dort du sommeil de la tombe : mais son âme ne sommeille pas, elle t'espère, Seigneur, elle a soif de toi, le saint Fiancé éternel. Que s'accomplissent sur le défunt les paroles de ton Christ : "Celui qui mange ma Chair et boit mon Sang aura la vie éternelle", Donne lui à manger de la manne du secret, et de chanter auprès de ton autel : Alléluia !

La mort l'a séparé de tous ses proches, l'âme s'est éloignée, ceux qui le connaissaient se désolent, les barrières de la chair sont détruites, et tu t'es découvert, dans l'inaccessible grandeur de la Divinité, avec l'attente de la réponse.
Seigneur, Amour au dessus de toute compréhension, prends pitié de ton serviteur, pardonne l'infidélité de son coeur,
par les espérances trompées, naissait la nostalgie vers toi,
souviens-toi de ces heures où son âme frémissait d'enthousiasme pour toi.
Accorde au défunt, la joie non terrestre et le repos dans le sein d'Abraham,
Unique fidèle, sans changement, accueille-le auprès de toi,
Ô Juge tout compatissant, rends ton Serviteur (N), digne des douceurs du paradis.

Kondakion 6

Nous croyons à la durée limitée de notre séparation. Nous t'ensevelissons, comme la graine dans le champ, tu repousseras dans un autre pays. Que périsse dans la tombe l'ivraie de tes péchés, et les oeuvres bonnes s'y illumineront, là où les sentences du bien apportent des fruits impérissables, où les âmes saintes chantent : Alléluia !

Lorsque le sort du défunt deviendra oubli, lorsque son image s'assombria dans les coeurs, et que le temps effacera avec la tombe l'ardeur de la prière pour lui, alors toi, ne l'abandonne pas, donne la joie à l'âme solitaire.
Ô Dieu, ton amour ne se refroidit pas,
ton bon vouloir est inépuisable.
Les prières de l'Eglise pour ton serviteur défunt ne se taisent pas.
Que ses péchés soient lavés par l'Offrande du Sacrifice non sanglant.
Par l'intercession de tous les saints, accorde-lui la grâce de prier pour les vivants ;
aux jours de nos épreuves, reçois son intercession pour nous.
Ô Juge Tout Compatissant, rends ton serviteur (N) digne des douceurs du paradis.

Kondakion 7

Prions avec des larmes, tant qu'est douloureusement frais le souvenir du défunt,
faisons mémoire de son nom, nuit et jour, par des aumônes nourrissant ceux qui ont faim, chantant du fond de l'âme : Alléluia !

Le visionnaire Jean le Théologien a vu auprès du trône de l'Agneau de Dieu, une immense foule, tout de blanc vêtue : c'était tous ceux qui venaient de la grande tribulation. Ils te servent, toi notre Dieu, nuit et jour dans la joie et tu habites avec eux, et la souffrance et la peine ne les effleureront plus.
Seigneur, fais se joindre à eux ton serviteur (N),
qui a beaucoup souffert et peiné en sa vie ;
tu connais toutes ses heures amères et ses lourdes minutes ;
Sur terre, il a eu chagrin et souci, donne-lui au ciel, la joie,
et accorde-lui les délices des sources d'eau vive ;
sèche toute larme de ses yeux.
et fais-le entrer là où le soleil ne brûle pas, mais vivifie par Ta Vérité,
Ô Juge Tout Compatissant, rends ton Serviteur (N), digne des douceurs du Paradis.

Kondakion 8

Terminé le voyage sur terre, quel bienheureux passage au monde de l'Esprit, quelle contemplation de choses nouvelles et de beauté célestes, inconnues du monde terrestre, l'âme revient dans sa patrie, où le clair de soleil de la Vérité Divine illumine ceux qui chantent : Alléluia !

Si ton reflet et ta trace rayonnent sur le visage des mortels, comment es-tu alors toi-même ? Si les fruits de tes mains sont tellement merveilleux, et que la terre reflète seulement ton ombre, dans une grandeur indescriptible, comment doit être alors ta Face visible. Fais se découvrir ta Gloire à ton Serviteur N.

Ô Dieu, fais le voir et entendre la Liturgie céleste, afin que sa joie soit complète.
Raffermis son espérance de la rencontre dans les demeures des bienheureux,
et accorde nous de ressentir la force bienfaisante, de la prière pour les défunts.
Ô Juge Tout Compatissant, rends ton serviteur N, digne des douceurs du Paradis.

Kondakion 9

Notre Père, reçois dans ton Royaume celui qui s'est éteint, là où il n'y a ni péché, ni mal, là où la Sainte Volonté est inébranlable, là où, dans l'assemblée des âmes les plus pures et des anges sans défaut, brille ton Nom bienfaisant et où règne le parfum de la glorification : Alléluia !

En ce jour là, les Anges établiront ton trône, ô Juge, et tu illumineras le monde de ta gloire, portant la rémunération à chacun. Jette alors un regard compatissant sur ton humble serviteur (N), et dit lui : "Viens à ma droite !"
Seigneur, toi seul as le pouvoir de remettre les péchés ;
pardonne lui donc ses péchés oubliés ou cachés par honte ;
Libère le de l'iniquité dû à la faiblesse ou l'ignorance,
et délivre des profondeurs sans lumière du désespoir infernal.
Qu'il hérite de tes demeures vivifiantes,
ajoute le aux bénis de tous les siècles,
et accorde lui la béatitude qui ne cesse jamais.
Ô Juge Tout Compatissant, rends ton serviteur N, digne des douceurs du Paradis.

Kondakion 10

Maître de toute Bonté, que s'ouvrent au défunt les portes ensoleillées du Paradis, que viennent à sa rencontre dans l'allégresse les assemblées des justes et des saints, la foule de ses proches et de ceux qui l'aiment, que se réjouissent pour lui tes Anges porteurs de lumière, qu'il voit aussi la Théotokos, la Bien Aimée Mère de Dieu, là où résonnent victorieusement : Alléluia !

Par ton souffle, revivent les fleurs, la nature ressuscite, des foules de minuscules créatures s'éveillent. Ton regard est plus clair que les cieux printaniers, ton Amour, ô Dieu, plus chaud que les rayons du soleil. De la poussière terrestre tu as ressuscité la chair périssable de l'homme, pour l'épanouissement à la vie éternelle, alors éclaire aussi ton serviteur N de la lumière de tes Bontés.

Seigneur, les bienfaits de la vie sont en ta main, en ton regard la Lumière et l'Amour, libère de la mort éternelle spirituelle le défunt, qui s'est endormi dans l'espérance. Eveille le, lorsque les ronces de la terre se revêtiront de la couleur de l'éternité, et que rien n'assombrisse son dernier sommeil terrestre, bonheur fidèle et but de notre existence.
Ô Juge Tout Compatissant, rends ton serviteur N digne des douceurs du Paradis.

Kondakion 11

Ô Christ ! Tu est Royaume Céleste, tu es terre des humbles, tu es demeure de ceux qui espèrent en toi, tu es boisson parfaitement nouvelle, tu es le vêtement et la couronne des bienheureux, tu es la couche du repos des saints ! C'est à toi qu'appartient la glorification : Alléluia !

Par l'image des paisibles parcs d'une beauté non terrestre, et des demeures aussi claires que le soleil, et dans la perfection des chants célestes, tu nous a découvert la félicité de ceux qui t'aiment.
Seigneur, que ton serviteur entre dans ta joie.
Revêts le de l'illumination de ta Gloire ;
Qu'il entende le chant ineffable des Chérubins,
qu'il s'élève de gloire en gloire,
et qu'il voit la splendeur de ta Face,
Ô Juge Tout Compatissant, rends ton serviteur N digne des douceurs du Paradis.

Kondakion 12

Ô Dieu saint et immortel, à la minuit du péché et de l'incrédulité, arrivant du Ciel avec les Anges, pour juger le monde entier, ouvre les portes de ton palais glorieux à ton serviteur N, qu'avec les foules innombrables des saints, il chante dans les siècles : Alléluia, Alléluia, Alléluia !

Saint Ange Gardien, envoyé de Dieu, viens prier pour ton protégé, que tu as accompagné sur tous les chemins de la vie, que tu as sauvegardé et guidé, lance avec nous cet appel au Sauveur Miséricordieux.
Seigneur, détruis le manuscrit des péchés de ton serviteur N, guéris les plaies de son âme ;
que sur Terre ne restent pas de lui de souvenirs amers ;
Fais grâce pour lui à ceux qui l'ont peiné et à ceux qu'il a chagrinés ;
recouvres ses imperfections du lumineux vêtement de ta Rédemption ;
Donne lui la joie par ta miséricorde infinie ;
Toi, l'ineffable, le grand et le merveilleux, montre toi à lui.
Ô Juge Tout Compatissant, rends ton serviteur N digne des douceurs du Paradis.

Père saint, ton Fils unique, Premier des Grands Prêtres, a déposé son âme pour le salut du monde déchu, et pour  nous permettre de devenir enfants de Dieu et habitants de ton Royaume au jour sans crépuscule, accorde au défunt N, le pardon et la joie éternelle ;
Nous intercédons pour lui par cette prière ;
Seigneur, Jute Tout Compatissant, accorde à ton serviteur la douceur du Paradis.

Extrait de

jeudi 17 mai 2018

La vision décente de la jeune fille par Saint Nectaire d'Opina




En 1917, avant la révolution bolchévique d'octobre, le Père Nectaire d'Opina rendit visite à un de ses proches enfants spirituels, le père Basil Sushin. Dans le cadre de leur conversation, comme le décrit le père Basile, soudainement, Nectaire déclara : "Un moment terrible arrive maintenant. Dans le monde, l'heure du silence arrive. Ne parle pas, ne parle pas", dit-il, et il commença à pleurer.

"Maintenant, le Tsar n'est plus maître de lui-même. Combien d'humiliations il endure maintenant pour ses erreurs. L'année 1918 sera encore pire. Le Tsar et toute sa famille seront torturés, et assassinés. Une fille décente a eu une vision.. Le Seigneur Jésus-Christ était assis sur un trône, et autour de lui étaient les douze apôtres. Il y avait un bruit terrible de tortionnaires et de gémissements de la terre. Alors, l'apôtre Pierre a demandé au Christ : "Ô Seigneur, quand ces souffrances cesseront-elles ? Et le Seigneur Jésus-Christ a répondu : "Je les donne jusqu'en 1922, mais si les gens ne se repentent pas, ils seront tous perdus de cette manière. Puis soudain, notre Tsar se tenait devant le trône de Dieu, portant la couronne du grand martyr. Oui, ce Tsar deviendra grand maître".

Saint Nectaire d'Opina, mémoire célébrée le 12 mai

La guérison du garçon possédé, délivré par les Archanges en 1913




En octobre 1913, le chef d'état-major de notre armée Victor Dousmanis, fut envoyé avec une escorte de deux soldats et son neveu dans un monastère, qui était enfermé dans un hôpital psychiatrique depuis quelque temps ; Il y avait une lettre de recommandation pour les moines : "Nous n'avons eu aucune amélioration de son état psychique, nous avons tout essayé ce que la science actuelle nous permet en la matière. Nous avons donc décidé de l'envoyer à vos lieux saints, et nous vous demandons s'il vous plaît de le rendre fort spirituellement. Afin que, par vos prières, Dieu aie pitié de lui, et lui fera du bien." Nous l'avons donc accepté au monastère.

Les soldats l'avaient amené un peu attaché, en nous disant de faire attention, parce qu'il avait fait des tentatives de fugue. Il fut amené dans une chambre de l'auberge avec des fenêtres grillagées. Les moines y allaient lire des prières et des exorcismes. Il se comportait tranquillement. Mais parfois, il criait et blasphémait étrangement. Il devenait si violent, qu'on dû l'attacher avec de solides noeuds marins, mais à chaque fois, il se déliait.

Animé par l'esprit démoniaque, il arrivait à lire les péchés non avoués. Il révéla les péchés des hôtes du monastère.

Pendant la veillée de la fête des Archanges, après avoir reçu des instructions de l'Ancien, on l'amena à l'église et tout le monde pria pour que Dieu ait pitié de lui. Ainsi que les saints Archanges, pour qu'ils le libèrent des mailles de Satan. Au cours de la litanie, le prêtre s'exprimait, et une voix sortit du possédé comme un rugissement incohérent. Pendant les louanges, nous l'avons emmené pour vénérer l'icône des Saints Archanges, et quand nous l'avons ramené à sa place, il semblait inquiet.

Il s'enfuyait, et nous avons couru. Mais, à courte distance de lui, se trouvait des représentations hagiographiques des saints Archanges. Il s'arrêta immédiatement, immobile. Nous lui avons demandé : "Que t'arrive-t-il ?"... Il nous dit !"Rien ne m'arrive, seulement les saints Archanges me font du bien". Et après avoir fait son signe de croix, il embrassa les icônes.

Nous lui avons apporté joie et délivrance dans l'église. A table, pour manger, il était calme, sain d'esprit, et il n'avait rien de sauvage comme auparavant.

Il est resté encore trois ou quatre jours, puis monta à bord du bateau à vapeur, en demandant du capitaine d'appeler son oncle général de l'armée au Pirée, qui l'avait amené ici, pour qu'il le reçoive. Après quelques jours, nous avons reçu une lettre de remerciement du général.



Par Gabriel de Dionysou

Extrait de

et

daimonologia.org /2016/11/the-healing-of-possessed-boy-by.html

mardi 15 mai 2018

Ce qui rend le coeur heureux...



Les bonnes actions sont un miracle qui rend deux coeurs heureux. Le mal est l'absence d'un miracle que regrette deux coeurs. Faites attention : personne ne parle de miracle quand l'herbe sèche, mais tout le monde parle d'un miracle quand l'herbe pousse....

Saint Nicolas de Serbie

Les 10 conseils du Pape François pour devenir un saint


1. Ne te défile pas

"Pour être saint, il n'est pas nécessaire d'être évêque, prêtre, religieuse ou religieux. Nous sommes tous appelés à être des saints en vivant avec amour, et en offrant un témoignage personnel dans nos occupations quotidiennes, là où chacun se trouve.. J'aime voir la sainteté dans le patient peuple de Dieu : chez ces parents qui éduquent avec tant d'amour leurs enfants, chez ces hommes et ces femmes qui travaillent pour apporter le pain à la maison, chez les malades, chez les religieuses âgées qui continuent de sourire. Dans cette constance à aller de l'avant, chaque jour, je vois la sainteté de l'église militante. C'est cela, souvent, la sainteté "de la porte d'à côté", de ceux qui vivent proches de nous et sont un reflet de la présence de Dieu, ou pour employer une autre expression, "la classe moyenne de la sainteté".

2. Laisse-toi guider par les Béatitudes

"Les Béatitudes ne sont nullement quelque chose de léger ou de superficiel, bien au contraire ; car nous ne pouvons les vivre que si l'Esprit Saint nous envahit avec toute sa puissance et nous libère de la faiblesse de l'égoïsme, du confort, de l'orgueil... Être pauvre de coeur, c'est cela la sainteté ! Réagir avec une humble douceur, c'est cela la sainteté ! Savoir pleurer avec les autres, c'est cela la sainteté ! Rechercher la justice avec faim et soif, c'est cela la sainteté ! Regarder et agir avec miséricorde, c'est cela la sainteté ! Garder le coeur pur de tout ce qui souille l'amour, c'est cela la sainteté ! Semer la paix autour de nous, c'est cela la sainteté !

3. Tu veux aimer ? Agis.

"Celui qui veut vraiment rendre gloire à Dieu par sa vie, celui qui désire réellement se sanctifier pour que son existence glorifie le saint, est appelé à se consacrer, à s'employer, et à s'évertuer à essayer de vivre les oeuvres de miséricorde.. Quand je rencontre une personne dormant exposée aux intempéries, dans une nuit froide, je peux considérer que ce "paquet" est un imprévu qui m'arrête, un délinquant désoeuvré, un obstacle sur mon chemin, un aiguillon gênant pour ma conscience, un problème que doivent résoudre les hommes politiques, et peut-être même un déchet qui pollue l'espace public. Ou bien, je peux réagir à partir de la foi et de la charité, et reconnaître en elle un être humain doté de la même dignité que moi, une créature infiniment aimée par le Père, une image de Dieu, un frère racheté par Jésus-Christ. C'est cela être chrétien !"

4. Cultive l'humilité

"L'humilité ne peut s'enraciner dans le coeur qu'à travers les humiliations. Sans elles, il n'y a ni humilité, ni sainteté. Si tu n'est pas capable de supporter et de souffrir quelques humiliations, tu n'est pas humble et tu n'est pas sur le chemin de la sainteté. La sainteté que Dieu offre à son église, vient à travers l'humiliation de son Fils. Voilà le chemin !.. Je ne dis pas que l'humiliation soit quelque chose d'agréable, car ce serait du masochisme, mais je dis qu'il s'agit d'un chemin pour imiter Jésus, et grandir dans l'union avec Lui."

5. Sois dans la joie

"Le saint est capable de vivre joyeux et avec le sens de l'humour. Tout en demeurant réaliste, il éclaire les autres avec un esprit positif et rempli d'espérance... Je ne parle pas de la joie consumériste et individualiste si répandue dans certaines expériences culturelles d'aujourd'hui. Car le consumérisme ne fait que surcharger le coeur ; il peut offrir des plaisirs occasionnels et éphémères, mais pas la joie. "

6. Ose évangéliser

"En même temps, la sainteté est parrêsia ; elle est audace, elle est une incitation à l'évangélisation qui laisse une marque dans ce monde. Dieu est toujours une nouveauté, qui nous pousse à partir sans relâche et à nous déplacer pour aller au-delà de ce qui est connu, vers les périphéries et les frontières. Il nous conduit là où l'humanité est la plus blessée et là où les êtres humains, sous l'apparence de la superficialité et du conformisme, continuent à chercher la réponse à la question du sens de la vie."

7. Ne te résigne jamais 

"A cause de l'accoutumance, nous n'affrontons plus le mal et nous permettons que les choses "soient ce qu'elles sont", ou que certains ont décidé qu'elles soient. Mais laissons le Seigneur venir nous réveiller, nous secouer dans notre sommeil, nous libérer de l'inertie. Affrontons l'accoutumance, ouvrons bien les yeux et les oreilles et surtout le coeur, pour nous laisser émouvoir par ce qui se passe autour de nous et par le cri de la Parole vivante et efficace du Ressuscité".

8. Prie chaque jour. Et recommence

"Je ne crois pas dans la sainteté sans prière, bien qu'il ne s'agisse pas nécessairement de longs moments ou de sentiments intenses. Je voudrais insister sur le fait que ce n'est pas seulement pour quelques privilégiés, mais pour tous, car nous avons tous besoin de ce silence chargé de présence adorée. La prière confiante est une réaction du coeur qui s'ouvre à Dieu face à face, où on fait taire tous les bruits pour écouter la voix suave du Seigneur qui résonne dans le silence." J'ose donc te demander : Y a-t-il des moments où tu te mets en sa présence en silence, où tu restes avec lui sans hâte, et tu te laisses regarder par lui  Est-ce que tu laisses son feu embraser ton coeur? Si tu ne lui permets pas d'alimenter la chaleur de son amour et de sa tendresse, tu n'auras pas de feu, et ainsi comment pourras-tu enflammer le coeur des autres par ton témoignage et par tes paroles ?"

9. Prépare-toi au combat

"La vie chrétienne est un combat permanent. Il faut de la force et du courage pour résister aux tentations du diable et annoncer l'Evangile. Cette lutte est très belle, car elle nous permet de célébrer chaque fois le Seigneur vainqueur dans notre vie. Nous n'admettrons pas l'existence du diable si nous  nous évertuons à regarder la vie seulement avec des critères empiriques et sans le sens du surnaturel. Précisément, la conviction que ce pouvoir malin est parmi nous, est ce qui nous permet de comprendre pourquoi le mal a parfois tant de force destructrice. Ne pensons donc pas que c'est un mythe, une représentation, un symbole, une figure ou une idée. Cette erreur nous conduit à baisser les bras, à relâcher l'attention et à être plus exposés. Nous avons pour le combat les armes puissantes que le Seigneur nous donne : la foi qui s'exprime dans la prière, la méditation de la parole de Dieu, la célébration de la messe, l'adoration eucharistique, la réconciliation sacramentelle, les oeuvres de charité, la vie communautaire et l'engagement missionnaire."

10. Apprends à discerner ce que Dieu veut pour toi

"Comment savoir si une chose vient de l'Esprit Saint ou si elle a son origine dans l'esprit du monde ou dans l'esprit du diable ? Le seul moyen, c'est le discernement qui ne requiert pas seulement une bonne capacité à raisonner ou le sens commun. C'est aussi un don qu'il faut demander. Souvent, cela se joue dans les petites choses, dans ce qui paraît négligeable, parce que la grandeur se montre dans ce qui est simple et quotidien. Ce qui est en jeu, c'est le sens de ma vie devant le Père qui me connaît et qui m'aime, le vrai sens de mon existence que personne ne connaît mieux que lui."

Extrait de  https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Pape/Gaudete-Exsultate-dix-conseils-pape-devenir-saint-2018-04-09-1200930335

et Forum Vers la nouvelle Jérusalem,  http://nouvellejerusalem.forumactif.com